Changer le mot de passe

Résultats de recherche
19 avril 2021

Les nouvelles méthodes de travail « made in covid »

Si le terme « télétravailler » est bien ancré dans la société depuis plus d’un an, la définition légale, elle, limite son accès seulement aux salariés. 

Selon le code du travail depuis 2012, le télétravail désigne « toute forme d’organisation du travail dans laquelle un travail qui aurait pu être exécuté dans les locaux de l’employeur est effectué par un salarié hors de ces locaux de façon régulière et volontaire en utilisant les technologies de l’information et de la communication dans le cadre d’un contrat de travail ou d’un avenant à celui-ci »

Cette définition amène à comprendre que l’usage des nouvelles technologies est essentiel pour effectuer les différentes tâches demandées. Il faut pouvoir communiquer son travail par mail, ou plus récemment via les plateformes telles que Zoom ou Teams. Il faut ainsi maîtriser ces logiciels et être d’ores et déjà à l’aise avec cette méthode de travail. Jusqu’à la crise de la Covid-19, le télétravail avait un caractère volontaire de la part du salarié : ce n’était que seulement suite à sa demande qu’il pouvait être mis en place et l’employeur ne pouvait pas lui imposer.

La crise de la Covid-19 est venue chambouler cette définition. 

Les différents confinements ont obligé les employeurs, pourtant extrêmement réticents, à appliquer le télétravail, souvent pour l’ensemble de leurs salariés. Le monde du travail à drastiquement changé puisque les méthodes de management ont elles aussi complètement évolué, et de plus en plus d’entreprises s’ouvrent au télétravail, avant même la crise sanitaire. 

Pourquoi les employeurs sont-ils réticents au télétravail ?

Chez certains de nos voisins, notamment aux USA, les méthodes de management sont totalement différentes des françaises. Un climat de confiance est installé entre l’employeur et les salariés, qui offre la possibilité d’avoir des espaces détente et parfois même le recours à une micro-sieste dans la journée. 

En France, nous sommes sur un modèle plus strict et carré où la confiance employeur-employé n’est pas présente. Pour beaucoup d’employeurs : télétravail = maison, ce qui dit que les salariés seront beaucoup moins efficaces et productifs et mettront plus de temps à effectuer les tâches demandées. 

Si le télétravail s’exerce dans près de 80% des cas à son domicile, la définition donnée le rend aussi possible dans d’autres lieux. Cela peut être dans un centre de travail délocalisé par rapport au siège principal de l’entreprise ou encore dans des espaces de coworking. 

Le coworking n’est plus à définir. Demandez-autour de vous : tout le monde a entendu parler de ces espaces de travail collaboratif. 

Il faut dire que le concept est de plus en plus à la mode, notamment en France, où de nombreux espaces commencent à ouvrir leurs portes. Si l’idée de coworking a mis un peu plus de temps à s’installer dans notre pays que chez nos voisins outre-Atlantique, le secteur est désormais bien ancré dans nos contrées où il se développe à la vitesse grand V. 

Entre 2012 et 2015 le nombre d’espaces a triplé ! 

Pourquoi un tel essor ? 

L’offre ne fait que s’adapter à la demande. 

La démocratisation du concept apporte continuellement de nouveaux adhérents. Des travailleurs nomades ou des startuppers -comme vous peut être- qui découvrent avec joie cette nouvelle façon de travailler et regrettent de ne pas l’avoir connue plus tôt.

Les usagers d’espaces de coworking sont globalement fidèles, ce qui permet un développement de l’activité sur des bases stables. Selon Deskmag, 2/3 des personnes étant en coworking n’envisagent pas d’aller voir ailleurs.  

Alors en ces temps où le télétravail est plus que jamais présent, pourquoi ne-testeriez-vous pas l’expérience du coworking ?

#CoworkByJo #coworking #coworkers #teletravail

Catégorie : actualité
Partager

Laisser un message

Votre adresse email ne sera pas publiée